Âge, handicap, dépendance, maladie : adapter ses massages bien-être aux besoins de personnes fragilisées

Sortir de sa zone de confort, pour déployer une richesse de ressources vivantes et pratiquer des massages bien-être adaptés, accessibles à toutes et tous au gré des situations.

Par Emily King, masseuse et formatrice, co-animatrice avec Audrey Berger du module de formation Massage Bien-Être pour public fragilisé chez Biopulse.

Un art de l’adaptation

Le massage bien-être est un art de l’accueil et de l’adaptation à l’autre. Il s’agit d’accueillir une personne comme elle est, et par l’application de gestes orchestrés selon sa morphologie et ses besoins, de l’accompagner vers le bien-être ; un (ré)confort à vivre ici et maintenant, reconnue, soutenue dans ses forces.

Pour cela nous masseur·se·s nous fions à des savoirs et des techniques acquises sur le chemin de nos formations, à des expériences personnelles, des inspirations, des ressentis, et bien sûr aux ressentis de la personne massée à travers l’écoute et l’échange avec elle.

Parfois, des personnes ou des situations se présentent très différemment d’à l’habitude, et nous ne sommes pas sûr·e·s de ce qu’il est possible de faire pour elles en massage. Cela peut être le cas avec des personnes de grand âge – moins mobiles, plus chétives – avec des personnes en situation de dépendance, de handicap, ou traversant une maladie, par exemple. À noter, qui dit fragilisé ne dit pas forcément condamné à le rester (l’état peut être transitoire) et le motif de la fragilité n’est pas forcément malheureux (une grossesse par exemple)!

Au delà des appréhensions

Wstężyk gajowy

Face à l’inédit, doutes et apréhensions gênent parfois ce mouvement vers (avec) l’autre qu’est le massage bien-être. Lesquelles de mes techniques sont adaptées à sa constitution ? Y a t’il des contre-indications au massage dans son cas ? Comment faire si mon matériel ne convient pas à sa physiognomie ou que je ne peux pas l’avoir avec moi ? Si cette personne ne parle pas ou ne comprend pas mon langage, comment nous entendre sur ce qui lui conviendra ? Je me sens bouleversée… Est-ce bien ok pour moi de prodiguer ce massage, aujourd’hui, ainsi ?

Faut-il renoncer ? Cela serait dommage ! Lorsque qu’une personne est fragilisée, de façon temporaire ou longue, pour des motifs graves ou bénins, le massage peut être un très bon allié ! Si tant est que nous sommes nous mêmes en capacité, et hors contre-indications majeures, il y a dans la palette de cet art ancestral des gestes pour presque toutes les situations. En cas de manque de confiance ou d’expériences, des formations en massage telles que proposées chez Biopulse aident à dépasser les appréhensions et étoffer ses compétences pour se rendre accessible auprès des publics aux besoins plus divers.

Un allié de toutes les situations

Depuis la peau et les muscles, les bienfaits des massages se communiquent aux grands systèmes du corps, tous en relation. Bien appliqués, les massages bien-être soutiennent les fonctions de circulation, digestion, respiration, communication nerveuse et hormonale, immunité… Ils favorisent ainsi une meilleure résilience physique et émotionnelle. Des massages peuvent soulager des tensions musculaires, libérer les mouvements, améliorer la posture, la respiration. Ils peuvent calmer l’esprit, compenser des effets délétères du stress, faciliter le sommeil, redonner de l’appétit… Ils sont merveilleux sur le plan émotionnel. Ils confortent le sentiment d’exister, peuvent restaurer doucement l’intégrité et la dignité de la personne, raviver le petit feu d’une joie de vivre, transformer des chagrins…

En contexte médical (sous réserve de contre-indications), les massages bien-être s’avèrent de bons compléments des soins, pouvant adoucir la pénibilité d’un traitement, apaiser des douleurs, calmer l’anxiété, favoriser la récupération… Ils permettent aussi de (ré)unifier la sensation d’être global, d’avoir du temps, quand au contraire des traitements isolent des parties du corps et précipitent le vécu.

L’esprit d’équipe

Lorsque la personne est entourée de proches et d’aides au quotidien, comme cela peut arriver en situations de fragilités, les bienfaits des massages s’étendent aussi à cet entourage accompagnant : Il est en effet encourageant de voir un proche habituellement faible se détendre, se remettre à rayonner, reprendre de la confiance et des forces. Idéalement l’entourage accompagnant, souvent fatigué, peut aussi bénéficier de séances pour eux·elles ! C’est d’autant mieux que le massage participe de créer du lien et une dynamique de groupe harmonieuse. Un sain esprit d’équipe est important. En plus de masser, les masseur·se·s peuvent aussi transmettre, partager des gestes à l’entourage… et apprendre d’eux·elles !

Des ressources vivantes

Les grands massages du monde ont des gammes techniques modulables permettant de s’adapter à différentes constitutions psycho-corporelles, y compris en cas de fragilités. Si certaines gammes se déploient traditionnellement mieux au sol et d’autres sur table, plutôt mieux au contact de la peau qu’habillé, avec ou sans huiles ou vice versa, il existe toutefois des façons de transposer. Souvent avec un public fragilisé, il faut aménager son cadre (lieu, durée, matériel..), ne pas hésiter à transposer les techniques, du sol à la chaise ou de la table au lit, et s’équiper d’accessoires de soutien. D’un point de vue technique, des manœuvres douces et superficielles sont souvent les mieux indiquées. Nous pouvons également proposer des massages par zones locales, parfois les seules accessibles : depuis la tête, les mains ou les pieds, les bienfaits se propagent ensuite au corps entier.

Les massages biodynamiques

Chez Biopulse, nous faisons également la part belle aux massages Biodynamiques, issus de la thérapie psycho-corporelle du même nom, fruit des travaux de Gerda Boyesen. Ces massages, avec ce qu’ils impliquent comme qualité d’attention, de présence, de contact au service du vivant, sont de formidables outils pour les publics fragilisés. Mini par la technique et maxi par leurs effets de mieux-être, ils sont relativement simples à mettre en œuvre pour des novices, leur « intelligence » ou « principes actifs » se trouvant surtout dans la mise en jeu de qualités humaines essentielles, moins dans la complexité des manoeuvres. Ces massages permettent souvent d’aller en toute sérénité là où la technique « dure » seule ne peut pas, ou plus, aller.

L’attention aux cadres

L’environnement qui accueille une séance de massage est aussi important que les techniques. L’ambiance en hôpital, au domicile, en foyer, peut être à l’opposé d’un « bulle de détente » : un alentour bruyant, désordonné, exposé aux interruptions, aux regards… Et pourtant pour réaliser un bon massage, il faudra bien réussir à créer – parfois depuis presque rien – une bulle de détente et de sécurité. Cela nécessite de développer et choyer ses capacités d’adaptation, à la fois matérielles (des accessoires) et sensibles (qualité de présence, concentration, souplesse intérieure). Comme nous avons coutume de dire chez Biopulse : des « savoir-être », tout autant que des « savoir-faire ».

Les précautions de santé

Le respect d’un cadre de déontologie est bien évidemment toujours primordial, et à l’intérieur de celui-ci, le respect des précautions de santé. Pour une personne présentant des fragilités physiques ou psychologiques, ces questions s’avèrent parfois plus importantes que d’habitude. En effet, des besoins spécifiques et de santé peuvent se cumuler, croiser d’autres aspects de la vie de la personne et de la vie en société (avec ses régimes de privilèges, négligences, discriminations) donnant lieu à des profils plus complexes – qui peuvent évoluer dans le temps. Il faut s’informer, et continuer de le faire. Et faire équipe ! Ne pas s’imaginer que nous pourrons de nos seules mains soulager tous les maux… Les frustrations et la fatigue peuvent devenir grandes, d’autant que les fragilités d’une personne n’existent pas dans le vide mais aussi dans des contextes structurels, sociétaux, et la « solution » ne peut pas être seulement individuelle.

Connaître et respecter ses limites

Ce qui relève ou pas de nos compétences de masseur·se doit aussi être délimité et énoncé. Le cas échéant, nous pouvons rediriger la personne vers quelqu’un mieux à même de l’accompagner que nous, ou à consulter en complément des séances. Et bien sûr, il est important de respecter toujours soi-même ses limites. Face à la fragilité, à la douleur, à l’inédit, aux émotions, nous pouvons nous sentir en difficultés. Le désir de faire du bien avec le massage ne doit pas prendre le dessus sur notre intégrité et notre capacité en tant que personne, mais y être accordé. Certaines situations demanderont que nous prenions plus grand soin de nous avant et après le massage, et que nous recherchions, nous aussi, des temps de régénération et des soutiens (supervisions, soins, formations etc.).

Pour une plus grande accessibilité des massages bien-être

Les personnes et les besoins qui peuvent se présenter en massage sont aussi variés que la vie, il n’est pas possible de les lister tous. Cela demandera chaque fois des adaptations techniques, matérielles, sensibles, lesquelles forment chez Biopulse les axes du module de formation sur le Massage bien-être pour public fragilisé. Pour autant l’objectif n’est pas nécessairement de nous « spécialiser » dans le « public fragilisé », pas plus que nous ne voudrions nous « spécialiser »… dans la « normalité » !

Au fond, nous souhaitons participer à une plus grande accessibilité pour toutes et tous du massage bien-être. Que les contraintes et appréhensions face au massage, réelles ou imaginées, ne s’érigent pas comme des barrières excluant des personnes d’une richesse de bienfaits possibles au moment où elles en auraient peut-être le plus besoin, mais que leurs besoins spécifiques et les limites éprouvées soient des éléments avec lesquels nous sachions composer ensemble.

Sortir de la zone de confort, être au monde

Love under setting sun, Mayur Gala

Celles et ceux qui ont vécu de telles situations le savent : lorsque nous accompagnons quelqu’un·e qui connaît des difficultés, nous sommes amen·é·e·s à vivre avec cette personne des situations inédites, qui obligent à sortir de la « zone de confort ». Cela peut être éprouvant. C’est aussi une chance. Il y a, au delà d’une « zone de confort » – définie par des habitudes, des certitudes, des sécurités et des normes – une grande vitalité. Des surprises, des opportunités d’apprentissage, de renouvellement, de transformation individuelle et collective. De la gratitude et de l’espoir dans le vivant et l’humain, émotions solaires s’il en est dans des temps parfois sombres. Suivons les mouvements du coeur où ils mènent, et emmenons le massage partout !

Une réponse sur “Âge, handicap, dépendance, maladie : adapter ses massages bien-être aux besoins de personnes fragilisées”

Les commentaires sont fermés.